Mairie
placeRue Kennedy - 57310 Rurange-lès-Thionville
phone03 87 73 90 85 - 06 38 89 71 59
emailmairiederurange@wanadoo.fr
Nous contacter

Un peu d'histoire...

Typologie

Rurange-lès-Thionville est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee.
Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Luxembourg (partie française), dont elle est une commune de la couronne.

Occupation des sols 

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (67,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (74,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (51,4 %), forêts (20,4 %), prairies (16,2 %), zones urbanisées (12 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,1 %).

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui).

Retrouvez ici les photos de l'ancien ATLAS CADASTRAL DE MONTREQUIENNE
Retrouvez ici les photos de l'ancien ATLAS CADASTRAL DE RURANGE-LES-THIONVILLE

Toponymie 

Rurange-lès-Thionville :

Rohenges (1137), Rimeringa ou Runeringa (1179), Rudrekange (1227), Ruranges (1278), Rurekange de les Winesberg (1284), Reurekanges sur Moselle (1310), Ruderkinga (1317), Roturanges (1324), Roringa juxta Mosellan (1508), Rurangia (1544), Ruranges sus la Mozelle (1553), Rolingen (1560), Rurchingen (1572), Rorchingen (XVIIe siècle), Rollingen (1605), Rorange (1629), Rusching (1632), Rorchin (1667), Rurchingen (1690), Rurange (1793). 

En allemand : Riederchingen et Rederchen ; Rörchingen pendant les périodes 1871-1918 et 1940-1944. 

En francique lorrain : Rurchéngen et Rurchéng

Histoire d'un nom :

Nous savons par les travaux de Krall, Karspers et Vannerus, qu'une partie des noms de villages en "ing" ou "ingen", à peu près le tiers, n'est pas dérivé d'un nom de personne, mais de lieu.
Ainsi Dreschlingen vient de "dresch", en patois lorrain "drich" = endroits non cultivés ; 
Heisingen dérive de "hees" = buissons, brousailles ; 
Wippingen dérive du nom de la rivière "Wipper" ; 
Oudrenne, du nom du ruisseau "Ouder" ou Oudre" 
(Vannerus - Bulletin Commission Toponomie II - 1928)
Les endroits appelésd'un nom en "ingen" ou "ange", se rencontrent chez toutes les tribus germaniques. Ce nom désigne une agglomération formée par les propriétaires d'un terrain. 5réf : Linkenheld)

Si nous admettons que RURANGE puisse venir d'une telle terminologie, ou comme l'indique le dictionnaire de Rorche ou Rodrik, nous sommes convaincus que seule la dérivation latine est valable.
Le nom de la commune pourrait provenir de la dérivation latine "Rudera", synonyme de ruines ou décombres ou d'un surnom "Ruginera", natif de la campagne.
La première mention écrite "Runeringa" est issu de la Bulle (lettre patente émise par une autorité religieuse) d'Alexandre III, donnée en novembre 1179, qui confirmait l'abbaye de Bouzonville, dans ses biens, dont les uns se trouvent sur notre ban, suite à une donation d'un certain Walter d'Uckange.
Au cours des siècles, le nom va subir un certain nombre de variations étymologiques. Dès le XIIIe siècle, des documents anciens attestent de l'existence de "Rurekanges" mais durant la même période, on revient à la terminaison "inga" ("Ruderkinga").
Au XVIe siècle, la finale change à nouveau ("Rurangia") et on note l'apparition d'un distinctif de site apposé au suffixe initial (Rurange-sur-Moselle").
Au siècle suivant, la connotation latine disparaît complètement au profit de la langue allemande avec l'avènement des graphies "Rollingen" et "Rurchingen". En 1790, le nom se fige ("Rurange") mais à l'instar des autres communes mosellanes, le patronyme subira l'influence allemande sous l'annexion ("Rorchingen"). En 1918, l'appellation française prime à nouveau, à laquelle on ajoute la particule (Lez-Thionville") en 1934. 
Lors de la seconde guerre mondiale, la commune perd son identité française mais elle retrouvera sa dénomination originelle à la Libération.
(Mairie de Rurange-lès-Thionville), (Dictionnaire étymologique des noms de lieux du département de la Moselle - Henri Hiegel avec la collaboration de Charles Hiegel/1986), (Dictionnaire Topographique de la France - Bouteillier Ernest)

Le 04 octobre 1951 RURANGE lez THIONVILLE devient RURANGE-lès-THIONVILLE


Logne :

Loigne (1404), Logne ou Lensen (1572), Lôgne (1736)
Lensen est la dénomination germanique du village de Logne
En 1894, Logne s'appellera LEISERHOF durant les annexions

Montrequienne :

Montigny (1375), Montignu les Aiey (1404), Montrichien (1610), Montrequienne (1681), Monterkange, Monterchen, Münsterchen, (1756), Montreqienne (1790), Monterchen (1870), Monstrich (1940), Monterchen lors de l'occupation allemande puis MONTREQUIENNE.

Histoire

Ancienne province luxembourgeoise. 
En 1668, François Ottringer fit hommage au roi de France pour le château de Logne. 
La seigneurie releva de la famille de Guerschin jusqu'à la Révolution. 
Les hameaux de Montrequienne et de Logne furent rattachés à Rurange en 1812.

Politique et administration

    • 1806 à 1807 : GRAVIER Nicolas
    • 1808 à 1809 : MARX Bernard
    • 1810             : GRAVIER Michel
    • 1811 à 1818 : MARX Bernard
    • 1819 à 1820 : MARX Jean
    • 1821 à 1828 : MARX Bernard
    • 1829 à 1831 : MARX Pierre
    • 1832 à 1840 : DROMRE Gérard
    • 1841 à 1842 : MARX Pierre
    • 1843 à 1847 : MARX Michel
    • 1848 à 1855 : GRAVIER Michel
    • 1856 à 1859 : MARX Nicolas
    • 1859 à 1860 : GROSSE Jean
    • 1860 à 1898 : DROMRE Pierre
    • 1898 à 1935 : NICOLAS Edmond
    • 1935 à 1940 : LEMOINE Prosper
    • 1941             : KREPPERT Nicolas
    • 1944 à 1945 : LEFORT Alfred
    • 1945 à 1958 : CABIROL Lucien
    • 1959 à 1962 : TINTINGER Auguste
    • 1962 à 1967 : MANICK Pierre
    • 1967 à 1977 : HENNICK François
    • 1977 à 1983 : MAURER Jean-Paul
    • 1983 à 1995 : CAMILLI Pierre
    • 1995 à 2008 : RAMIREZ Jean-Pierre
    • 2008 à 2014 : GAMARD Joël
    • 2014 à ce jour : ROSAIRE Pierre

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. 

À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. 
Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005.

En 2018, la commune comptait 2 462 habitants, en augmentation de 2,03 % par rapport à 2013 (Moselle : 0,32 %,   France hors Mayotte : +1,78 %).

Evolution de la population :

1793 : 157 habitants
1800 : 170
1806 : 171
1821 : 456
1836 : 459
1841 : 435
1861 : 450
1866 : 440
1871 : 389
1875 : 368
1880 : 362
1885 : 353
1890 : 347
1895 : 330
1900 : 312
1905 : 290
1910 : 288
1921 : 241
1926 : 273
1931 : 259
1936 : 264
1946 : 229
1954 : 259
1962 : 352
1968 : 553
1975 : 742
1982 : 1044
1990 : 1560
1999 : 1630
2005 : 1944
2010 : 2211
2015 : 2502
2018 : 2462

Culture locale et patrimoine :

Lieux et Monuments :

  • Plusieurs sites néolithiques avec mobilier sur Rurange et Montrequienne. 
  • Tombe mérovingienne découverte en 1964. 
  • Traces d'une voie romaine, près du château de Logne. 
  • Château de Logne. Le château primitif est mentionné au XVIe siècle. Il est reconstruit au XVIIe siècle et est alors la possession de François Regnault Ottringer. De cette époque, seule subsiste la tour clocher de la chapelle. Au XVIIIe siècle, il est la propriété de la famille de Guerschin, dont on trouve les armoiries dans la chapelle et dans un mur de la tour clocher. Au début du XIXe siècle, il passe aux mains de Nicolas Damas Marchand, baron d'Empire qui le remanie complètement en 1842. Au milieu du XIXe siècle, les parties agricoles au sud du château sont transformées. La chapelle est reconstruite en style néo-gothique en 1867. L'aile ouest des parties agricoles au nord du château date de 1877 (date portée sur le linteau de la porte piétonne). Le château et les ailes nord et sud des parties agricoles nord sont à nouveau remaniés durant le début du 1er quart du XXe siècle. Fortement endommagé par les bombardements de novembre 1944, le château est restauré en 1949. Armoiries de la famille de Guerschin.
  • La croix de l'ossuaire du cimetière de Rurange
  • La croix de l'immeuble MANICK

Edifices religieux :

  • Église paroissiale Saint-Martin, construite en 1847 ; avec un élément, provenant probablement d'une armoire eucharistique du XVe siècle, en remploi dans le mur Nord de la sacristie ; tour clocher ajoutée à la limite des XIXe siècle et XXe siècle. Elle possède un crucifix en bois du XVe siècle. 
  • Chapelle Saint-Laurent à Montrequienne (XIXe siècle). 
  • Chapelle castrale du château de Logne.

Eglise paroissiale Saint-Martin de Rurange-lès-Thionville


Chapelle Saint-Laurent à Montrequienne

Chapelle castrale du château de Logne.

Le Blason

Mi-coupé de gueules au chef d'argent chargé de trois losanges accolés de sable, et mi-coupé d'argent à une croix de gueules, cantonnée de quatre serres d'aigle de sable posées en barre.
Copyright © 2020 Mairie de Rurange-lès-Thionville - Site officiel - Tous droits réservés
Site web développé par Clément Romanowski
Conditions génerales d'utilisation - Contact